FREQUENCEPLUS.INFO

Écoutez Fréquence Plus pour rester informés.
Toute l'équipe de la rédaction se mobilise avec vous, pour vous informer sur le coronavirus COVID-19 dans la région.

Réécoutez l'info

L'Info Plus Région

Ecoutez le dernier flash

Retrouvez les flashes infos de votre région à tout moment sur votre pc, tablette ou smartphone ...

Les dernières actus

  • publié le
    L’Assurance Maladie (CPAM) se mobilise dans le contexte actuel exceptionnel, au service des 400 000 Côte-d’Oriens assurés (salariés,étudiants,indépendants),tout en préservant la santé de ses collaborateurs.
    Toutes les dispositions nécessaires sont prises,en partenariat avec les professionnels de santé et les employeurs du département, pour garantir au mieux la continuité du service et le versement des prestations et revenus de remplacement(indemnités journalières,rentes,pensions d'invalidité...),et prolonger automatiquement les prises en charge des ALD et des contrats de Complémentaire santé solidaire qui arrivent à échéance.

    Pour contacter la CPAM durant le confinement, il suffit d'utiliser son compte ameli ou l'appli ameli : pour suivre les remboursements de soins, suivre les délais de paiement des indemnités journalières, obtenir une attestation de droits ou un relevé d'indemnités journalières, actualiser une information personnelle (téléphone, adresse e mail, adresse postale, coordonnées bancaires...), déclarer la perte ou le vol d’une carte Vitale et commander une carte, poser une question par e?mail...
    Merci de réserver vos demandes par e-mail aux questions et démarches personnelles les plus urgentes.

    L'accueil téléphonique au 3646 (service 0,06€/mn + prix appel) est ouvert uniquement pour les demandes urgentes.

    Pour les assurés sans compte ameli, créer un compte est simple et immédiat: une vidéo est disponible pour les aider :https://www.youtube.com/watch?v=GIAKXKgHno8&feature=youtu.be

    Toutes les informations sont actualisées sur le site ameli.fr et le forum ameli où l'on peut notamment trouver des réponses aux questions concernant les arrêts de travail (démarches, indemnisation,délais...)


  • publié le
    L’application Covid-Moi-Un-Lit vient d'être lancée et est accessible à tous les médecins qui ont besoin de gagner un temps précieux dans leur recherche de lits de réanimation!
    Covid-Moi-Un-Lita recense déjà 70 contacts! C’est-à-dire 70 médecins qui sont déjà en capacité de :
    -Renseigner en 30 secondes les lits de réanimation disponibles dans leur unité
    -Consulter en un coup d’œil les lits de réanimation autour de leur établissement
    Et pour rappel: cet outil est GRATUIT et COLLABORATIF, développé par des médecins pour des médecins, propose un mode de communication réactif, efficient et sécurisé accessible sur PC, mac et smartphone.
    Aujourd’hui, Covid-Moi-Un-Lit souhaite se déployer au niveau national afin d’aider tous les médecins français face au pic de l’épidémie qui approche! Covid-Moi-Un-Lita besoin de vous!
    Pour en savoir plus: covid-moi-un-lit.com
  • publié le
    Avec plus d’un millier de personnes hospitalisées dans les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté, l’épidémie de COVID-19 nécessite une mobilisation sans précédent.
    Dans le contexte de cette crise sanitaire, le parcours des futures mères, des parents et des nouveau-nés est sécurisé sur chaque territoire. La réalité du COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté se mesure avec plus de 1 000 personnes hospitalisées depuis hier, jeudi 2 avril (1 017 précisément), dont 250 patients dans un état grave pris en charge dans les services de réanimation.
    Le bilan des décès se porte à 271 en milieu hospitalier. 746 personnes sont de retour à domicile.
    Dans ce contexte, qui pèse fortement sur le système de santé et les équipes de professionnels, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté a veillé tout particulièrement à la sécurité du parcours de périnatalité, pour répondre aux besoins des futures mères, des parents et des nouveau-nés, en chaque point du territoire.
    L’ensemble des professionnels de santé hospitaliers ou libéraux ont adapté leurs organisations, en s’appuyant sur les recommandations des sociétés savantes, pour assurer une prise en charge médicale garantissant le maximum de sécurité.
    L’effort de coordination et de partenariat de tous est remarquable : gynécologues-obstétriciens, sages-femmes, pédiatres, médecins généralistes, intervenants auprès des futures mères, des parents et des nouveau-nés.
    La téléconsultation est désormais ouverte aux sages-femmes qui ont accès dans la région à la plateforme TELMI, mise en place par l’ARS et le GRADeS (groupement régional d’appui au développement de la e-santé).
    Plus de 800 web-consultations ont déjà été assurées de cette manière. Les séances de préparation à la naissance et l’entretien prénatal précoce sont également possibles dans ces conditions.
    Les futurs parents sont invités à contacter une sage-femme libérale en proximité, afin de préparer au mieux la naissance de leur nouveau-né et le retour à domicile.
    Au moment de la naissance, toutes les maternités de la région Bourgogne-Franche-Comté acceptent les pères en fin de travail et jusqu’à 2 heures après l’accouchement, à condition qu’ils respectent les mesures strictes de sécurité mises en place. Ils retrouveront ensuite les mamans et les nouveau-nés à leur sortie de la maternité.
  • publié le
    La crise sanitaire actuelle a conduit à la fermeture des marchés locaux dans les différentes communes du Parc. Une situation difficile pour les producteurs qui ont redoublé d’énergie ces derniers jours pour proposer des alternatives aux habitants.
    En parallèle des points de vente habituels encore ouverts, certains proposent une vente directe à la ferme ; un service de livraison ; de nouveaux points de vente dans des commerces locaux ou chez des collègues producteurs, etc. Car, s’il est bien une habitude à conserver pendant ce confinement, c’est celle de consommer local (dans le respect des consignes sanitaires et des gestes barrières) !
    Vous trouverez les points d’approvisionnement des différents producteurs bénéficiaires de la marque Valeurs Parc naturel régional du Haut-Jura sur le site internet www.parc-haut-jura.fr, rubrique Marque Valeurs Parc accessible depuis la page d’accueil).

    Déployée au niveau national par l’ensemble des Parcs naturels régionaux, la marque « Valeurs Parc naturel régional » met en avant des produits et services conçus par des hommes et des femmes engagés à participer à un modèle de société local, solidaire et durable. Allant des produits agricoles issus du territoire aux produits artisanaux fabriqués selon des savoir-faire traditionnels, en passant par les prestations de services, notamment touristiques (hébergement, restauration, activités de loisirs, sites de visite ...), cette marque est pour le consommateur la garantie de choisir des produits confectionnés dans le respect de trois valeurs : attachement au territoire, respect de l’environnement, forte dimension humaine et sociale.
    Sur le territoire du Parc naturel régional du Haut-Jura, dans le Doubs, le Jura et l’Ain, elle compte aujourd’hui près de 60 bénéficiaires avec des produits agricoles (miels, fromages, élevages bovins pour la viande et la charcuterie, produits de la cueillette, huiles essentielles, escargots, etc.), des hébergements, des restaurants et des sites de visite.
    Retrouver les bénéficiaires sur : https://www.parcs-naturels-regionaux.fr/consommer-parc ou https://randonature.parc-haut-jura.fr/?categories=C2
  • publié le
    Les services de l’État ont été questionnés sur la commercialisation des semences et plants dans le contexte de l'application du Décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire.

    Dans l’objectif de préserver l’alimentation pour l’ensemble de la population et de permettre notamment aux particuliers qui disposent d’un jardin de cultiver leurs propres fruits, légumes et plantes aromatiques, la commercialisation des plants potagers à visée alimentaire (légumes, petits fruits, aromatiques) est toujours possible :
    - sur les marchés ouverts autorisés par arrêté préfectoral après avis du maire (la liste des communes concernées est consultable sur notre site internet via : http://www.saone-et-loire.gouv.fr/liste-des-marches-autorises-a-titre-derogatoire-a12400.html ;
    - grâce à des dispositifs de type drive avec commande préalable ;
    - dans les jardineries autorisées à être ouvertes au titre de leur activité d’aliments et fournitures pour les animaux de compagnie, ou plus généralement par tout établissement autorisé à recevoir du public pour les activités figurant en annexe du décret précité.

    Par ailleurs, il est permis aux agriculteurs, dans le cadre de leur activité professionnelle, de se fournir en semences auprès des jardineries et pépiniéristes (cf. annexe du décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 – fourniture nécessaire).
  • publié le
    La croissance du nombre de personnes hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté du fait de l’épidémie COVID-19 reste continue, avec 976 patients pris en charge, dont 229 en réanimation. 232 décès sont à déplorer en établissements de santé.
    Le confinement et les gestes barrières demeurent les meilleurs remparts collectifs. Alors que la Bourgogne-Franche-Comté déplore désormais 232 décès en milieu hospitalier de l’infection à coronavirus, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle l’importance des mesures de distanciation sociale et l’efficacité des gestes barrières : se laver les mains régulièrement, tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, ne pas se serrer les mains ; arrêter les embrassades.
    Le port du masque chirurgical en particulier, n’est pas recommandé sans présence de symptôme. Le masque chirurgical n’est pas la bonne réponse pour le grand public car il ne peut être porté en permanence et surtout n’a pas d’indication sans contact rapproché et prolongé avec un malade.
    Depuis le début de la crise, les masques sont livrés en priorité : -aux professionnels de santé amenés à prendre en charge des patients COVID-19 en ville comme à l’hôpital ; -aux personnes qui interviennent auprès des personnes âgées malades en EHPAD, pour limiter au maximum la transmission du virus. 1, 2 million de masques L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue le formidable élan de solidarité lui permettant de comptabiliser, en complément de l’approvisionnement régulier issu des circuits logistiques nationaux, des dons à hauteur de 1,2 million d’unités pour les masques de protection (d’autres équipements comme des blouses ou du gel hydro-alcoolique font aussi l’objet de dons).
    L’Agence Régionale de Santé remercie les entreprises, établissements scolaires, institutions, collectivités, qui se sont manifestés et continuent à le faire en nombre. La répartition de ces matériels est assurée au bénéfice des soignants et des aides à domicile dans les 8 départements de Bourgogne-Franche-Comté, avec l’appui logistique des préfectures.
  • publié le
    Le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d'Or, M. Bernard SCHMELTZ, n'a accordé aucune dérogation de réouverture aux jardineries et pépiniéristes de Côte-d'Or.
    Le décret du 23 mars n'autorise le préfet, dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, qu'à prendre des mesures renforçant les contraintes imposées sur des fondements sanitaires, pas à les desserrer.
    S'agissant des activités ou commerces restants ouverts au titre des dispositions de l'article 8. II- du décret susmentionné, ces dispositions se combinent nécessairement avec l'article 3 de ce décret, listant les catégories d'exception au principe d'interdiction de déplacement hors de son domicile.
    Dès lors, il est permis aux agriculteurs, dans le cadre de leur activité professionnelle, de se fournir en semences auprès des jardineries et pépiniéristes selon les modalités indiquées ci-dessus.
    S'agissant des particuliers, ils doivent limiter leurs sorties, notamment à des achats de première nécessité ou, le cas échéant, à la satisfaction des besoins de leurs animaux de compagnie.
    C'est dans ce cadre, et donc exclusivement à titre accessoire, qu'ils peuvent, le cas échéant, faire des achats dans un commerce de produits d'horticulture.
  • publié le
    Dans le contexte d’urgence sanitaire lié au coronavirus et alors que toutes les écoles et l’ensemble des collèges et lycées sont fermés depuis le 16 mars, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et La Poste resserrent un peu plus les liens qui unissent ces deux services publics aux familles, afin de garantir à tous les élèves et sur tous les territoires, la continuité du service public de l’éducation,en France métropolitaine et en Outre-mer.

    Le premier projet est destiné à organiser une distribution sécurisée de matériels informatiques qui seraient disponibles dans les écoles et les établissements scolaires(tablettes et ordinateurs portables), en accord avec les communes, départements et régions, à partir de l’établissement scolaire qui gère l’inventaire de son stock attribuable et la liste des élèves bénéficiaires.Afin d’éviter tout déplacement des parents, les services de La Poste sont ainsi chargés de distribuer aux familles identifiées comme éloignées des dispositifs numériques, les colis contenant le matériel informatique préparés dans les établissements, en respectant les mesures de protection du dernier mètre, sans contact ni signature.
    En complémentarité, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et La Poste accompagnée par sa filiale numérique Docaposte lancent une seconde opération permettant aux élèves en situation de déconnexion numérique de recevoir des devoirs par courrier postal grâce au dispositif «Devoirs à la maison».
    .Le dispositif «Devoirs à la maison»» poursuit trois objectifs:
    -assurer une transmission hebdomadaire des devoirs préparés par les professeurs aux parents d’élèves des écoles, collèges et lycées qui n’ont pas d’accès aux outils numériques;
    -proposer la gratuité du retour postal des devoirs réalisés par les élèves;
    -numériser les devoirs réalisés afin de permettre leur diffusion dématérialisée et leur consultation par les professeurs concernés.
    A partir de la fin de la semaine, chaque établissement scolaire primaire et secondaire accrédité,pourra se connecter à la plateforme développée par Docaposte et ainsi déposer les devoirs qui seront imprimés, mis sous plis et adressés, par courrier postal, aux élèves en situation de déconnexion numérique.
    Dans chaque département, c’est le DASEN(directeur des services départementaux de l'éducation)qui est le correspondant de l’équipe projets «E-éducation» de La Poste, afin de déployer rapidement ces deux dispositifs.
  • publié le
    Etudiants et soignants, actifs et retraités, ont répondu à l’appel de l’opération #Renforts-Covid. Ils sont déjà 850 volontaires pour prêter main forte aux établissements de Bourgogne-Franche-Comté face à la crise sanitaire dont le bilan s’établit aujourd’hui à 220 décès en établissements de santé.
    675 sorties d’hospitalisation sont recensées. Avec 220 décès observés en milieu hospitalier et 915 patients hospitalisés en Bourgogne-Franche-Comté, l’épidémie de COVID-19 exige toujours un haut niveau de réponse sanitaire qui passe par la capacité des établissements à accueillir les patients les plus graves en réanimation.
    Tout au long du week-end et lundi 30 mars, les transferts de 50 malades se sont déroulés conformément à la programmation, vers des hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes et de PACA.
    A ce jour, 212 personnes sont prises en charge dans les services de réanimation de la région.
    Dans ce contexte, qui requiert un très fort engagement des équipes, dont certaines comptent des malades dans leurs rangs, les appels à la solidarité fonctionnent.

    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue cet élan solidaire avec près de 850 volontaires, qui se sont ainsi d’ores et déjà manifestés dans le cadre de l’opération #Renforts-Covid.
    Le dispositif, lancé la semaine dernière, repose sur la plateforme en ligne https://www.renfort-covid.fr/ sur laquelle établissements de santé ou médico-sociaux postent leurs besoins urgents en soignants, tandis que les volontaires proposent leurs compétences pour y répondre, qu’ils soient étudiants ou diplômés, actifs ou retraités.
    En trois jours 170 établissements se sont inscrits ; 23 d’entre eux ayant déclaré des besoins immédiats à hauteur de 65 postes, essentiellement d’aides-soignants, infirmiers, médecins. 13 postes sont d’ores et déjà pourvus sur l’ensemble du territoire de la région.
    Ces chiffres sont rapidement évolutifs, preuve du succès de cette mobilisation. Parallèlement, d’autres professionnels de santé-agents publics (Education nationale en particulier) viennent en appui de certains établissements.
  • publié le
    Depuis la mise en place du confinement, le mardi 17 mars 2020, policiers et gendarmes de Côte-d’Or se montrent particulièrement actifs pour faire respecter la réglementation des déplacements.
    De nombreux contrôles et verbalisations sont intervenus.
    C’est notamment le cas pour la brigade de gendarmerie de Quetigny. En journée, mais aussi au cours de la nuit, de multiples contrôles sont réalisés et 80 infractions ont été relevées par cette brigade.

    Un homme âgé de presque 20 ans a été contrôlé à plusieurs reprises à Quetigny les 27 et 28 mars, sans jamais être en mesure de fournir son attestation de déplacement dérogatoire, il a donc été verbalisé.

    Dimanche 29 mars, il a à nouveau été aperçu dans un quartier du centre-ville, par une patrouille en VTT de la brigade de Quetigny. Il a alors été interpellé et les forces de l'ordre on découvert qu'il était détenteur de 9,8 grammes de résine de cannabis.
    Il a été placé en garde à vue, notamment pour délit de «réitération, à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours, de violation des interdictions ou obligations édictées dans une circonscription territoriale où l'état d'urgence sanitaire est déclaré».

    Un délit créé par la Loi «d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19» du 23 mars 2020, puni de six mois d'emprisonnement et de 3.750 € d'amende.
    Des peines complémentaires de travail d'intérêt général peuvent s'ajouter et tout comme la suspension du permis de conduire lorsque l'infraction a été commise à l'aide d'un véhicule.

    Le jeune homme faisait par ailleurs l'objet d'une interdiction d'être présent sur le département de la Côte-d'Or 21 sur décision du tribunal de DIJON.
    Il sera jugé devant le tribunal correctionnel en comparution immédiate.
  • publié le
    Pour prévenir la saturation des services de réanimation des établissements de Bourgogne-Franche-Comté, les transferts de patients vers d’autres régions se sont poursuivis hier. 842 personnes sont hospitalisées pour COVID-19, dont 213 en réanimation. 187 décès en établissements de santé sont à déplorer. 605 personnes sont sorties d’hospitalisation.

    Le coronavirus est responsable à ce stade de 187 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté, soit 23 de plus qu’hier.
    Les transferts de 50 patients organisés depuis samedi, se sont poursuivis hier vers des hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes et de PACA. Objectif : anticiper la saturation des services de réanimation de la région dans une stratégie hospitalière qui repose notamment sur des solidarités interrégionales. Les hôpitaux prennent actuellement en charge 842 malades du COVID-19, dont 213 en réanimation.

    Trente-huit malades dans un état grave jusqu’alors soignés dans les établissements de première et deuxième ligne du Doubs, du Territoire de Belfort, de Haute-Saône, de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, ont été évacués ce week-end ; 12 nouveaux transferts étaient programmés ce lundi, tout au long de la journée, sous la conduite d’une cellule de régulation régionale, et en articulation avec le centre de crise du ministère des Solidarités et de la Santé.

    La médecine de ville est également pleinement mobilisée pour faire face à l’épidémie, comme en témoigne en particulier le succès des téléconsultations. Entre le 21 et le 28 mars, plus de 5 300 web consultations via la plateforme régionale TELMI ont pu être assurées par près de 570 médecins et sages-femmes de la région.

    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se félicite de ce recours aux outils de la e-santé pour permettre à tous d’accéder aux soins courants dont il est primordial d’assurer la continuité en cette période de crise.
  • publié le
    Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, le directeur général de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’autoriser de manière dérogatoire le centre hospitalier de Cosne-sur-Loire à faire fonctionner un scanner.
    L’hôpital ne disposant pas d’un équipement en propre, la préfète de la Nièvre a pris ce 27 mars un arrêté de réquisition de l’équipement non utilisé au sein des locaux de la clinique, auxquels est adossé le service d’urgences.
    L’activité du scanner portée par un groupement d’intérêt économique (GIE) avait cessé en novembre dernier, sur décision unilatérale de ses membres, après la suspension par l’ARS des autorisations de chirurgie de la clinique de Cosne.
    Si les dispositions avaient été prises pour maintenir un accès à ce type d’imagerie pour les patients se présentant aux urgences, en renforçant les transports sanitaires vers le centre hospitalier de l’agglomération de Nevers, cette solution palliative est inadaptée dans la gestion de la crise COVID-19.
    La réquisition a pris effet le 27 mars et jusqu’au 23 mai prochain, au terme prévu par la loi de l’état d’urgence sanitaire.
    Seuls les scanners urgents seront assurés dans le cadre du redémarrage transitoire de cette activité de radiologie qui sera opérationnelle dans le courant de la semaine prochaine.

    + d'infos: https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/
  • publié le
    La situation sanitaire a provoqué une très forte hausse des besoins en masques, blouses, gels et autres matériels médicaux. Pour assurer la continuité d’approvisionnement, une mobilisation locale inédite des entreprises a été enclenchée ces derniers jours.
    L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont donc pris la décision de lancer une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

    Tous les établissements ou entreprises disposant de masques (FFP2 et chirurgicaux), blouses, gel hydro alcoolique, gants, lunettes, sur-blouses et autres matériels indispensables à la prise en charge des malades et à la mise en œuvre des gestes-barrière sont invités à renseigner leurs capacités de production dans un formulaire en cliquant ici* et préciser les modalités de commande de ces matériels.
    L’ensemble des informations recensées est mis à la disposition, en temps réel, des établissements hospitaliers demandeurs de ces matériels pour répondre à leurs besoins les plus immédiats.
    Tous les réseaux de communication, institutionnels, professionnels et même privés,sont invités à se mobiliser pour partager l’existence de cette plate-forme et contribuer ainsi à la mobilisation de tous les acteurs locaux face à l’urgence sanitaire.Cette plate-forme régionale complète la plate-forme nationale «stopcovid19.fr» destinée aux fournisseurs nationaux et internationaux dont les capacités de production permettront des commandes mutualisées en grand volume.

    * adresse du formulaire : https://transnum-portail.ac-dijon.fr/limesurvey/index.php/291725?lang=fr
  • publié le
    Face à la crise sanitaire qui commande à chacun à rester chez soi, les bibliothèques de la Ville de Chalon continuent de mettre à la disposition de tous, la richesse de ses collections et la diversité de son offre numérique en proposant une sélection de sites internet réalisés par les bibliothécaires et mises en ligne sur notre site internet : http://www.bm-chalon.fr/ressources-numeriques.

    Livres, films, musiques, formations en ligne, jeux vidéos, patrimoine... des centaines de ressources culturelles sont accessibles facilement depuis chez vous depuis un ordinateur ou une tablette et gratuitement pour travailler, apprendre, se détendre ou jouer.
    Cette offre s'enrichira dans les jours à venir.
    Ces sélections seront valorisées sur la page Facebook à l’adresse :
    https://www.facebook.com/BibliothequeChalonsurSaone/photos/a.352373831614705/1335531989965546/?type=3&theater
  • publié le
    Les opérations de transferts de malades graves vers d’autres régions ont continué hier, dimanche 29 mars, pour prévenir toute saturation des services de réanimation des établissements de Bourgogne-Franche-Comté. Plus de 800 patients sont hospitalisés et 164 décès sont à déplorer.
    Les établissements de santé de la région prennent actuellement en charge 801 malades du COVID-19, responsable de 164 décès en établissements de santé depuis le début de l’épidémie en Bourgogne-Franche-Comté. Si plus de 550 sorties d’hospitalisation sont enregistrées, la tension reste forte sur le système régional. La stratégie hospitalière vise à optimiser les moyens à l’échelle régionale comme nationale, et à augmenter les capacités en réanimation.
    Les transferts de 50 patients de Bourgogne-Franche-Comté sont organisés depuis samedi et jusqu’à aujourd'hui, en lien étroit avec les ARS Auvergne-Rhône-Alpes et PACA.
    216 patients sont admis en réanimation, dont 17 ont pu être transférés samedi. Une vingtaine de transferts sont programmés ce jour. Les patients jusqu’alors hospitalisés dans les établissements de première et deuxième ligne du Doubs, du Territoire de Belfort, de Haute-Saône, de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire, sont transportés par différents moyens définis suivant les destinations (avion, hélicoptères sanitaires, del’armée, ou de la sécurité civile, moyens terrestres).
    Ces mouvements sont supervisés par une cellule de régulation régionale, fruit d’une étroite collaboration entre les CHU de Besançon et de Dijon avec l’ARS et l’ensemble des établissements de première et deuxième lignes, et en articulation avec le centre de crise national du Ministère des Solidarités et de la Santé.
    L’ARS tient à remercier les équipes des établissements de santé d’Auvergne-Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte-d’Azur pour leur soutien et la continuité de la prise en charge des patients transférés.
  • publié le
    Dans le contexte de la situation sanitaire actuelle, La Poste se recentre sur ses missions essentielles au service de la population. La Poste se mobilise en maintenant notamment l’ouverture de 18 bureaux de poste en Franche-Comté dont 5 dans le Jura:
    - CHAMPAGNOLE (ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 16h)
    - CLAIRVAUX-LES-LACS (ouvert de 13h30 à 16h)
    - LONS-LE-SAUNIER BRIAND (ouvert de 10h à 12h et de 14h à 17h15)
    - SAINT-CLAUDE REYBERT (ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 17h)
    - TAVAUX (ouvert de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30)

    La Poste tient à rappeler que les déplacements en bureaux ne doivent être faits que s’ils sont strictement nécessaires et que le strict respect des mesures barrières nécessaires à la protection des chargés de clientèle et des clients conditionne chaque jour l’ouverture effective de chacun des 1 600 bureaux sur l’ensemble du territoire.

    Pour éviter l’engorgement des lettres recommandées et colis en attente de retrait dans les bureaux de poste, les dispositions suivantes ont été prises :
    - Concernant Colissimo, la suspension temporaire de l’offre Relais en bureau de poste
    - Concernant Chronopost, 2ème présentation systématique de tous les colis en
    distribution, ouverture du réseau des relais (Pick-up) pour les Chronopost
    Par ailleurs, les lettres recommandées et colis conservés dans les bureaux de poste fermés seront disponibles pendant 15 jours à la réouverture du bureau concerné.

    RDV sur le site www.laposte.fr pour retrouver en temps réel la liste des bureaux ouverts et leurs horaires d’ouverture.
  • publié le
    Outre les déplacements professionnels, les déplacements pour effectuer des achats de première nécessité comme les produits alimentaires sont autorisés.
    C'est dans ce cadre que sont examinées les demandes de dérogation exceptionnelle qui peuvent être accordées par arrêté préfectoral pour des marchés alimentaires.
    Ces marchés, permettant à des professionnels et des producteurs locaux de maintenir une activité économique et d'approvisionner en produits locaux, répondent obligatoirement à des critères de sécurité des vendeurs comme des clients, notamment :
    - autorisation d'étals de produits alimentaires uniquement,
    - espacement entre les étals de plusieurs mètres ;
    - distance d'au moins 1 mètre entre les clients pour l'attente aux étals, lors de leur circulation entre les étals ;
    - information sur les gestes barrières.

    A la date du 26 mars, les dérogations suivantes ont été accordées:
    •arrondissement d'Autun : Epinac, Marigny
    •arrondissement de Chalon-sur-Saône : Fontaines, Fragnes-la-Loyère, Gercy, Givry, Sant-Marcel,Saint Martin-sous-Montaigu, Saint-Ambreuil, Saint-Rémy, Sennecey-le-Grand, Nanton ;
    •arrondissement de Louhans : Saint-Germain du Plan , Varennes-saint-Sauveur, La Chapelle Thècle,Romenay, Simandre, Bellevesvres, Mervans, Sornay, Saint Vincent en Bresse, Louhans, Pierre de Bresse, La Chapelle Saint Sauveur ;
    •arrondissement de Mâcon: Azé, Chapaize, Matour, Cruzille, Tournus, Tramayes, Leynes, Joncy,Dompierre-les-Ormes, Igé;
    •arrondissement de Charolles: Charolles, Saint-Yan.Les villes principales de Saône-et-Loire n'ont pas sollicité de dérogation.

    Ces différents marchés, de taille modeste avec une clientèle disciplinée, se tiennent sous le contrôle des maires et de ses équipes, qui s’engagent à faire respecter les conditions de sécurité.
    Les dérogations sont délivrées à titre précaire et pourront être retirées si les conditions de sécurité ne sont pas respectées.
  • publié le
    Le respect par tous des mesures de limitation des déplacements et des contacts comme des gestes barrières est essentiel à la lutte contre l’épidémie.

    Dans le contexte d’état d’urgence sanitaire, le non-respect des consignes en matière de déplacements peut en cas de récidive donner lieu à des amendes d’un montant plus élevés que l’amende de 135 euros, en cas de récidive: 1 500€ d’amende en cas de récidive dans les 15 jours, 3 750€ d’amende et peine de prison pouvant aller jusqu’à de 6 mois en cas de verbalisation à plus de trois reprises dans les 30 jours.
    Les gendarmes, les policiers de la police nationale et les policiers municipaux procèdent quotidiennement à des contrôles, les policiers municipaux pouvant dorénavant dresser les verbalisations correspondantes.
  • publié le
    En cette période de confinement, de journées intenses pour certains et très longues pour d’autres, le service formation de l’AMJ (Association des maires et des présidents d’intercommunalité du Jura) vous propose, afin de déconnecter l’espace d’une heure, de participer à une séance de respiration et bien être retransmise sur Internet.
    Stéphane Janssoone, formateur AMJ, animera cette séance gratuite,sur inscription,à visionner sur internet:
    Visionner en replay la séance de dimanche dernier,jusqu’à jeudi 18h :https://bit.ly/AMJBE1
    S’inscrire à la séance de dimanche 29 mars de 18h à 19h:https://bit.ly/AMJBE2
  • publié le
    A Salins-les-Bains, un groupe de 2 à 4 bénévoles (autorisé par le Préfecture) se porte volontaire pour aider les personnes qui auraient des difficultés pour aller faire des courses de première nécessité (personnes âgées ou en incapacités physiques de se déplacer).
    La Ville de Salins-les-Bains et son CCAS contribuent à cette démarche en facilitant la mise en réseau nécessaire à ce service.
    Les personnes qui ont ce besoin sont invitées à se faire connaître en contactant le CCAS par téléphone (03 84 73 22 68), ou par mél (ccas@mairie-salinslesbains.fr).
    Merci de préparer la liste précise des choses dont vous avez besoin étant précisé qu'il s'agit uniquement de courses alimentaires et de 1ère nécessité.

    Pour une bonne organisation, les clients doivent contacter le CCAS au plus tard le mardi midi pour les commandes pour SUPER U; au plus tard le mercredi midi pour les commandes pour ATAC.
    Pour les bénévoles : jeudi : livraison des courses préparées par ATAC; vendredi : livraison des courses préparées par SUPER U

    Les bénévoles prendront en charge les sacs préparés par les employés des magasins et les livreront au domicile de chaque bénéficiaire. Les paiements s'effectueront uniquement par chèque ou espèces.
    À réception des courses, chaque bénéficiaire remettra le moyen de paiement au livreur, qui les transmettra directement et immédiatement au supermarché concerné.
    Cette organisation est susceptible d’être adaptée selon les contraintes des uns et des autres.
  • publié le
    Le COVID-19 est responsable de 123 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté. Près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile.

    Les CHU de Besançon et Dijon participent à la recherche clinique autour du virus.
    Le suivi en temps réel des capacités hospitalières, de la logistique des équipements ou des
    difficultés que peuvent rencontrer les établissements médico-sociaux, est le quotidien de l’Agence
    Régionale de Santé et de l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre la propagation du COVID-19 depuis le début de la crise sanitaire.
    123 décès sont désormais à déplorer en Bourgogne-Franche-Comté, 619 personnes sont hospitalisées, dont 166 avec des formes graves nécessitant une prise en charge en réanimation.
    La gravité de la situation ne doit pas faire oublier qu’à ce jour, près de 400 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile.
    L’infection à coronavirus bénéficie aujourd’hui de traitements symptomatiques. Cinq essais interventionnels thérapeutiques étudient actuellement la sécurité et l’efficacité de différentes molécules.
    Parmi ces essais, l’étude Discovery, dans laquelle sont d’ores et déjà engagés les deux CHU de la région, Besançon et Dijon. L’étude, qui prévoit d’inclure 800 patients en France, porte sur différentes molécules, dont l’hydroxychloroquine.
    L’ARS salue les équipes de Besançon et Dijon pleinement mobilisées dans le soin, mais aussi dans cette recherche scientifique.
    De nombreuses pistes thérapeutiques potentielles sont donc explorées, mais dont l’efficacité et l’innocuité doivent être démontrées.
    C’est pourquoi le Ministère des Solidarités et de la Santé rappelle qu’aucune n’est favorisée et
    aucun traitement spécifique n’est validé.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté souligne à cet égard que les patients bénéficiant d'un traitement chronique par hydroxychloroquine éprouvent des difficultés d'accès à leur traitement alors que cette molécule n’est pas recommandée à ce jour pour le traitement du COVID-19 en ville.

    L'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) insiste sur l'absence de justification à sa prescription dans cette indication et demande aux pharmaciens d'officine de ne pas honorer de prescriptions autres que celles initiées par certains médecins spécialistes et figurant dans son autorisation de mise sur le marché .
  • publié le
    Pour faire face à la pénurie de matériel médical et venir en aide aux soignants, l’université de Franche-Comté se mobilise. Depuis la semaine dernière, des quantités importantes de masques, d’équipements de protection et de solutions hydro-alcooliques sont livrées dans les hôpitaux, cliniques et auprès des professionnels de santé de la région.
    Dans le cadre de ses activités pédagogiques et de recherche, l’université de Franche-Comté dispose de matériel médical. L’inventaire des stocks a permis d’identifier une réserve importante.
    À ce jour, ont été collectés et remis au CHU de Besançon, à l’hôpital Nord Franche-Comté, au CH de Vesoul, à plusieurs cliniques et professionnels de ville de la région :
    - plus de 8 000 masques (chirurgicaux, FFP1, FFP2 et FFP3),
    - 11 000 équipements de protection (combinaisons intégrales, blouses, charlottes, lunettes et sur-chaussures),
    - 75 000 paires de gants,
    - 52 litres de solution hydro-alcoolique,
    - et plus de 900 litres de matière première pour fabriquer des solutions hydro-alcooliques.

    L’université de Franche-Comté remercie l'ensemble de ses services, composantes et laboratoires de recherche pour avoir contribué à l'élan de solidarité nationale à l'égard des professionnels de santé, en première ligne dans la lutte contre le COVID-19.
    Elle témoigne également de sa reconnaissance à tous ses étudiants en santé fortement mobilisés depuis le début de la crise sanitaire (renfort au centre de régulation du SAMU - Centre 15, membre de la réserve sanitaire…).

    Par ailleurs, l’université de Franche-Comté participe à l’effort national en réactivant sa recherche sur les coronavirus par le biais du laboratoire EPILAB (Épigénétique des infections virales et des maladies inflammatoires) de l’UFR Sciences de la santé. Cette unité de recherche qui regroupe virologues et bactériologistes, travaille entre autres sur cette grande famille de virus qui provoquent des maladies allant du simple rhume à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV).


  • publié le
    Depuis l’apparition des premiers cas de coronavirus, les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants se multiplient.
    La préfecture de Saône-et-Loire rappelle ces éléments importants :

    • Les attestations de déplacement sont faites soit sur l’honneur, soit par l’employeur. Elles sont gratuites et disponibles sur le site Internet des services de l’État: www.saone-et-loire.gouv.fr.
    Les sites qui proposent de vous délivrer des attestations de déplacement contre rémunération sont des arnaques.
    Attention également aux sites proposant d’éditer une version numérique de cette attestation : vous êtes susceptibles de fournir des données personnelles particulièrement sensibles.Seules les attestations officielles imprimées ou recopiées sur papier libre sont valables;

    • À ce jour, aucun vaccin, aliment ou purificateur d’air ... ne protège, ni ne guérit du coronavirus.Toute présentation de produits (alimentaires ou non) affirmant protéger ou guérir du coronavirus relève de la pratique commerciale trompeuse.

    • Les dépistages du Coronavirus sont effectués uniquement par les autorités sanitaires pour confirmer un diagnostic. Toute société ou individu proposant un dépistage n’est pas compétent en la matière.

    • Des sites internet frauduleux cherchent à vendre des médicaments alléguant une efficacité contre le virus ou des médicaments destinés au traitement d’autres maladies (VIH, paludisme...),médicaments qui font l’objet de recherches dans le cadre de la lutte contre le virus. La vente de ces derniers n’est possible que sur prescription médicale et en pharmacie. Acquérir ces médicaments en ligne est illégal et peut vous exposer à des risques graves pour votre santé (effets indésirables, voire faux médicaments)

    .• La vente en ligne de paracétamol a été suspendue. Les annonces sur Internet proposant ce médicament sont donc frauduleuses.

    • La décontamination des logements privés n’est pas prévue à ce jour par les services de l’État. Les personnes prétextant une décontamination obligatoire n’y sont pas habilitées et cherchent à s’introduire à votre domicile frauduleusement.

    • Profitant de l’élan de solidarité d’aide aux personnels soignants organisé par des plateformes d’appel aux dons ou des cagnottes, certains individus exercent de manière illégale,l’activité d’intermédiaire en financement participatif. Assurez-vous de l’identité du professionnel et de la destination de vos dons avant d’effectuer un transfert d’argent.
  • publié le
    COVID-19 est responsable de 102 décès en établissements de santé en Bourgogne-Franche-Comté. Près de 340 personnes sont sorties d’hospitalisation et retournées à domicile. Les établissements médico-sociaux, et spécialement les EHPAD, font l’objet d’une attention particulière. Si l’organisation de la réponse sanitaire, l’état des capacités hospitalières et notamment en réanimation, font l’objet d’un suivi en temps réel de l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté (591 personnes hospitalisées ce jour, dont 149 dans les services de réanimation), une attention toute particulière est portée aux établissements médico-sociaux en raison de la vulnérabilité du public qui y est accueilli, personnes âgées ou en situation de handicap. Les différents services de l’Agence assurent notamment ce suivi et cet accompagnement auprès des quelque 400 EHPAD de la région.
    A ce stade, environ 80 établissements, de tous les départements à l’exception de la Nièvre (faiblement touchée par l’épidémie à ce stade), ont signalé des difficultés en lien avec la gestion du COVID-19.

    Toutes les décisions concernant la prise en charge des résidents sont des décisions médicales prises à l’issue de discussions collégiales avec les équipes hospitalières.
    L’Agence Régionale de Santé met en œuvre plusieurs types d’actions, en mobilisant le réseau de partenaires qui interviennent sur le terrain et apportent leur expertise aux professionnels des établissements : l’HAD (hospitalisation à domicile), le CPIAS (centre d’appui pour la prévention des affections liées aux soins), les équipes mobiles d’hygiène hospitalière, de gériatrie et de soins palliatifs.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté salue le travail remarquable des professionnels de ces établissements, pleinement mobilisés auprès des résidents et de leurs familles, et regrette que cet investissement soit occulté au profit de la quête frénétique et intrusive d’un décompte de malades ou de décès.
  • publié le
    Le confinement et les gestes barrières restent fondamentaux pour faire reculer l’épidémiede COVID-19.
    Avec 86 décès en établissements de santé à déplorer désormais en Bourgogne-Franche- Comté, plus de 120 patients en réanimation et de 480 personnes hospitalisées, l’épidémie COVID-19 nous oblige à un respect strict des consignes de confinement et de l’interdiction des déplacements.
    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que les déplacements dérogatoires autorisés pour raison de santé, à condition d’être muni d'une attestation, sont limités aux consultations et aux soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés.

    Dans la région, plus de 2 000 web téléconsultations ont d’ores et déjà été assurées (800 pour la seule journée du 23 mars) par 200 médecins généralistes de la région qui ont à ce jour mis en place la solution de e-santé proposée par l’ARS et ses partenaires.

    Une première livraison de plus de 750 000 masques de protection pour les soignants a été
    opérée dès la fin de la semaine dernière au profit des établissements de santé et des
    établissements médico-sociaux de la région.
    Concernant les établissements médico-sociaux (pour personnes âgées et personnes en situation de handicap adultes et enfants), la distribution de ces masques organisée sous la conduite de l’Agence Régionale de Santé sera terminée cette fin de journée en des points de livraisons mis en place par département.
    S’agissant des professionnels de santé de ville et des services de soins à domicile, la distribution repose sur les officines, particulièrement impliquées dans la gestion de cette crise.

    L’ARS Bourgogne-Franche-Comté tient à remercier également les entreprises, établissements scolaires, institutions, collectivités, médias …qui se mobilisent dans un élan solidaire et ont effectué des dons en nombre, de masques et autres équipements de protection, à destination des professionnels de santé.
    L’ARS assure la répartition régionale de ces dons avec le soutien logistique des préfectures dans chaque département.

    Tout particulier qui dispose de masques est également invité à les mettre à la disposition des soignants, en les déposant à l’établissement de santé ou médico-social le plus proche, à un médecin ou un infirmier libéral ou bien encore dans une officine de pharmacie.

    Protéger les soignants est la priorité.
    Protéger les soignants, c’est protéger les malades, et sauver des vies.

  • publié le
    En application des décisions annoncées lundi 23 mars 2020 par le Premier Ministre Édouard Philippe, la Ville de Lons le Saunier a décidé de fermer le Parc des Bains Édouard-Guénon ainsi que toutes les aires de jeux de la Ville.
    La Ville suspend de tous ses marchés jusqu’à nouvel ordre
    Ces dispositions nouvelles s’appliquent dès aujourd’hui.

    Pour le parc et les aires de jeux, des panneaux seront installés aux entrées rappelant à tous qu'il s'agit là de l'application de directives nationales (Décret du 23 mars 2020).
    La ville appelle à la compréhension et au civisme de tous tandis qu'elle s'efforce de s'adapter chaque jour en fonction des décisions prises par le Gouvernement, de ses missions, des nécessités et besoins locaux.
    Les services de la Ville, d’ECLA et du CCAS se sont adaptés dès le premier jour de confinement pour maintenir un fonctionnement répondant à leurs missions primordiales et à la continuité du service public, notamment pour faire face aux urgences techniques et sociales.

    Pour toute question non médicale et tout problème concernant la Ville, l’Agglomération ou l'urgence sociale, un numéro est à disposition du public : 03 84 47 29 16 (7j/7 avec un dispositif particulier pour le week-end).

    Chacun peut également écrire :
    - Pour la Ville et le CCAS : contact@lonslesaunier.fr
    - Pour l'Agglomération : contact@ecla-jura.fr
    Pour toutes les questions d'ordre général, liées au coronavirus, il existe un Numéro Vert National,
    le 0 800 130 000

    Pour s'informer au jour le jour, les deux sites lonslesaunier.fr et ecla-jura.fr proposent une page qui résume l'essentiel avec toutes les mesures déjà prises localement.
    Elles sont actualisées à chaque nouvelle disposition.
    Les deux pages Facebook Ville de Lons-le-Saunier et ECLA Lons Agglo diffusent régulièrement les dernières
    informations.
  • publié le
    Conformément aux instructions du Premier Ministre, François Rebsamen, maire de Dijon, a décidé de fermer les marchés de Fontaine d’Ouche et du Port du Canal. Les habitants disposent en effet de magasins d’alimentation à proximité immédiate et peuvent ainsi s’approvisionner.

    En accord avec le Préfet et en cohérence avec les dispositions nationales, sous réserve d’évolution, le marché des Halles reste ouvert pour répondre à la nécessité d’approvisionnement de la population. Elle ne dispose pas en effet, dans un rayon acceptable, de suffisamment de magasins alimentaires au regard de la densité des habitants. L’entrée se fera en un seul point, au nord, et la sortie impérativement au sud. Des agents de sécurité sont sur place pour faire respecter les consignes et les gestes barrières.

    Le marché des Grésilles reste pour l’instant ouvert ce jeudi matin (26 mars). La police municipale sera présente pour vérifier la bonne application des gestes barrières. Si les consignes ne sont pas strictement respectées, le marché sera fermé.


  • publié le
    Le Centre Hospitalier Spécialisé de Sevrey a mis en place une unité de soutien psychologique adressée aux Chalonnaises et aux Chalonnais spécifiquement, mais également à tous les habitants de Saône-et-Loire.

    7 jours sur 7, de 8h à 18h, les opératrices et les opérateurs seront présents pour répondre à toutes vos questions et vous aiguiller vers les bons interlocuteurs en fonction de vos demandes et de vos interrogations.

    En cas de questions ou d'appréhension face au Covid-19, appelez-le: 0800 071 000 .
    Il s'agit d'un Numéro vert – Service et appel gratuits
  • publié le
    La mairie de Morez,dans le Haut-Jura lance un appel à ses habitants.
    Si vous avez connaissance de voisins, amis, personnes isolées ou en difficulté en cette période troublée, faites le savoir aux élus et agents actuellement mobilisés, en appelant la mairie au 03 84 33 10 11, du mardi au vendredi ou contactez directement par téléphone les élus que vous connaissez.

    La mairie remercie la population qui semble respecter les mesures de confinement pour la santé de tous. Civisme et solidarité prennent tout leur sens dans ces moments.

  • publié le
    Afin de protéger la santé des postiers, La Poste se recentre sur ses missions
    essentielles au service de la population tout en adaptant son organisation.
    Les mesures suivantes seront mises en place progressivement.
    Concernant, la distribution du courrier et des colis et des services
    - Le temps de travail de chaque agent courrier/colis sera progressivement
    réduit sans impact sur la rémunération. L’organisation se fera sur la base
    de quatre jours travaillés cette semaine puis de trois jours de travail par
    semaine à partir du lundi 30 mars, pour à la fois respecter les
    recommandations de la médecine du travail et maintenir l’organisation des
    tournées.
    - Les prises de services décalées des équipes mises en place la semaine
    dernière seront maintenues pour réduire le nombre de personnes
    présentes simultanément, selon le principe de ne jamais avoir plus de 50 %
    des effectifs habituels présents en même temps sur un site.

    Le passage quotidien pour les services de proximité est maintenu : portage de
    repas aux seniors, le portage de médicaments, portage de produits sanitaires
    nécessaires aux personnels soignants, services de lien social (Veillez Sur Mes Parents, Cohésio, Ardoiz…),. Ces services seront assurés par des agents dédiés, travaillant également à temps partiel sur leur cycle de travail.

    La distribution du courrier, des colis et des petites marchandises sera assurée, La Poste demande néanmoins à ses clients de concentrer leurs commandes et leurs envois sur ce qui leur est strictement nécessaire.

    L’organisation de chaque bureau de poste est adaptée localement avec par exemple des systèmes de rotation des équipes 1 jour sur 2. Les chargés de clientèle voient ainsi leur temps de travail réduit.
    Ce temps partiel se fera sans impact sur leur rémunération.
    Le strict respect des mesures barrières et des conditions nécessaires à la
    protection des chargés de clientèle et des clients conditionne chaque jour
    l’ouverture effective de chacun des 1 600 bureaux.

    Dans les bureaux de poste, les services essentiels suivants seront priorisés :
    - Le retrait d’espèces au guichet et aux automates
    - Le dépôt d’espèces sur automates
    - Les dépôts de chèque sur automates et urnes.
    - La remise de fonds commandés par la DGFIP

    Lorsque cela est possible, ce socle est étendu, bureau par bureau aux services
    suivants :
    - Instances courrier (Lettres Recommandées), Colis et Chronopost
    - Affranchissement des lettres sur automates
    - Affranchissement et dépôt de colis et Chronopost
    - Paiement des factures Eficash
    - Dépôt d’espèces au guichet
    - Emission & paiement Western Union et mandats internationaux
    - Dépôt d’espèces et de chèques au guichet pour les Professionnels
    - Vente de kits prépayés La Poste Mobile

    Enfin, La Poste rappelle que les déplacements en bureaux ne doivent être faits
    que s’ils sont strictement nécessaires. De nombreuses opérations peuvent être
    faites à distance, les clients peuvent être accompagnés par téléphone ou via
    les sites et applications numériques de La Poste et de La Banque Postale.

Les chroniques

  • Info Plus Région

    lun-dim toutes les demi-heures de 5h à 23h30

    L'essentiel de l'actualité nationale et regionale en Bourgogne-Franche-Comté.
  • Météo

    lun-ven · 6h27 · 6h57 · 7h27 · 7h57 · 8h27 · 8h57 · 10h27 · 12h27 · 16h27 · 19h27

    sam-dim · 6h02 · 7h02 · 8h02 · 9h02

  • Info trafic

    lun-ven · pas de trafic cette semaine

    Restez informés de l'état du trafic routier.
  •  ▷
    Ecouter